LesDioscures.com

La gens Fabia était l’une des plus anciennes familles patriciennes de Rome. La gens joua un rôle de premier plan dans l’histoire peu de temps après l’établissement de la République, et trois frères furent investis de sept consulats successifs, de 485 à 479 avant JC, cimentant ainsi la grande renommée de la famille [1]. Au total, les Fabii ont reçu 45 consulats durant la République. La maison tire son plus grand éclat du courage patriotique et du destin tragique des 306 Fabii lors de la bataille de la Cremera, 477 av. J.C. Mais les Fabii n’étaient pas distingués comme des guerriers seuls; plusieurs membres de la gens étaient également importants dans l’histoire de la littérature et des arts romains [2] [3] [4].

Selon la légende, les Fabii auraient revendiqué la descendance d’Hercule, qui avait visité l’Italie une génération avant la guerre de Troie, et d’Evander, son hôte. Cela a amené les Fabii dans la même tradition que les Pinarii et Potitii, qui auraient accueilli Hercule et appris de lui les rites sacrés qu’ils accomplissaient en son honneur pendant des siècles [5] [6] [7] [8] [9].


By Unknown artist – Jastrow (2003), Public Domain, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=1308253

Une autre légende ancienne a déclaré qu’à la fondation de Rome, les disciples des frères Romulus et Remus s’appelaient respectivement les Quinctilii et les Fabii. Les frères auraient offert des sacrifices dans la grotte du Lupercal au pied du mont Palatin, qui est devenu l’origine des Lupercalia. Cette histoire est certainement liée à la tradition selon laquelle les deux collèges de Luperci portaient les noms de ces anciennes gentes. [10] [11] [12] [13]


Représentation du lupercal: Romulus et Remus nourris par la louve, Lupa, entourés de représentations du Tibre et du Palatin. Panneau d’un autel dédié au couple divin de Mars et Vénus. Oeuvre romaine en marbre de la fin du règne de Trajan (98-117 CE), plus tard réutilisée sous l’ère Hadrianic (117-132 CE) comme base pour une statue de Silvan. Du portique de la Piazzale dei Corporazioni à Ostia Antica. Montré au musée du Palazzo Massimo alle Terme (Rome).

Le nomen des Fabii serait à l’origine Fovius, Favius ​​ou Fodius; Plinius a déclaré qu’il était dérivé de la faba, un haricot, un légume que les Fabii auraient cultivé pour la première fois. Une explication plus fantaisiste dérive le nom de fovéa, fossés, que les ancêtres des Fabii auraient utilisés pour capturer des loups. [14]

Magistrats monétaires

1- Quintus Fabius Maximus _ 127 B.C.

Ce magistrat fit émettre un denier (1028FA), un semis (1029FA) et un quadrans (1030FA).

La légende apposée à ces monnaies est “Q. MAX

Monnaie_Denarius__btv1b10433584q2
Monnaie_semis__btv1b1043359442
Monnaie_Quadrans__btv1b10433602w2

Précédent
Suivant

2- Numerius Fabius Pictor _ 126 B.C.

Ce magistrat fit émettre un denier (1039FA).

La légende apposée à cette monnaie est “N. FABI

btv1b1043363242

3- Quintus Fabius Labeo _ 124 B.C.

Ce magistrat fit émettre un denier (1050FA) et un quadrans (1051FA).

La légende apposée à ces monnaies est “Q. FABI

btv1b1043356202
Monnaie_Quadrans__btv1b10433579j2

Précédent
Suivant

4- Caius Fabius Hadrianus _ 102 B.C.

Ce magistrat fit émettre deux deniers (1154FA), (1155FA) et un as (1156FA).

La légende apposée à ces monnaies est “C. FABI

btv1b1043342932
Monnaie_Denarius_Rome_Rome_Atelier_btv1b1043349392
Monnaie_As__btv1b1043355142

Précédent
Suivant

5- Lucius Fabius Hispaniensis _ 82-81 B.C.

Ce magistrat fit émettre trois deniers (1290AN), (1291AN) et (1292AN).

La légende apposée à ces monnaies est “L FABI L F HISP

Denier
Denier
Denier
Denier
Denier
Denier

Précédent
Suivant

6- Quintus Fabius Maximus _ 82-80 B.C.

Ce magistrat fit émettre un denier (1292FA).

La légende apposée à cette monnaie est “Q. MAX

Monnaie_Denarius__btv1b10433591s2

Sources

(1) Tite Live, ii. 42

(2) Dictionary of Greek and Roman Biography and Mythology, vol. II, p. 131 (“Fabia Gens”).

(3) Homo, pp. 7 ff.

(4) Smith, The Roman Clan, pp. 290 ff.

(5) Ovide, Fasti, ii. 237

(6) Ovide, Ex Pontio iii. 3. 99.

(7) Juvenal, Satires, viii. 14

(8) Plutarque, “The Life of Fabius Maximus”, 1.

(9) Paulus, s. v. Favii.

(10) Ovide, Fasti, ii. 361f, 375f.

(11) Aurelius Victor, De Origo Gentis Romanae, 22.

(12) Plutarque, “The Life of Romulus”, 22.

(13) Valerius Maximus, ii. 2. § 9.

(14) Pline l’ancien, Historia Naturalis, xviii. 3.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *